Sébastien : et si la ville devenait un système agricole écologiquement et socialement performant ? (Montpellier)

Sébastien : et si la ville devenait un système agricole écologiquement et socialement performant ? (Montpellier)

Chaque territoire connait ses leaders. Ces personnes connues par tous et qui sont de tous les bons plans. La première fois que j’entends parler de Sébastien et d’Oasis Citadine c’est à l’occasion de la Social Cup organisée par Make Sense. Le bougre réussit le tour de force de remporter le challenge avec un projet pour lequel pourtant je m’avoue initialement sceptique : le foncier agricole est une rude affaire, alors créer des oasis en ville… Mais un leader sait casser les murs et ce serait malvenu de ne pas savoir me rappeler qu’entre l’ambition et sa réalisation c’est avant tout une affaire de personnes. Et si Sébastien était celui qui parviendra à bousculer la ville et ses lignes pour ensemencer le bitume et faire fleurir de nouveau le territoire urbain ? C’est certain que ce n’est pas moi qui serai avare d’espoirs dans ce projet ! Rencontre avec un apprenti-disrupteur qui veut rendre la ville agricole grâce au numérique.
Bonjour Sébastien, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Sébastien Girault et j’ai 25 ans. Je suis diplômé d’école de commerce (Neoma Business School). Ancien chargé d’affaire financement à la Banque Publique d’Investissement, j’ai quitté le monde de la finance il y a un an pour me lancer dans un projet entrepreneurial plus proche de mes valeurs : l’écologie et le bien-vivre ensemble.
Oasis Citadine, comment ça t’est venu ? Quel est ton constat et quelle problématique challenges-tu ?

L’idée d’Oasis Citadine a germée à la suite d’une expérience de volontariat (woofing) dans une exploitation agricole où j’ai découvert les nombreux potentiels de l’agroécologie et de la permaculture. Alors que je ne m’étais jamais réellement intéressé au potager (mes parents pourront vous le confirmer !), ce voyage a fait naître chez moi une vraie passion pour ces techniques de culture. De retour en ville et vivant dans un appartement, l’envie de remettre les mains dans la terre a ressurgi. J’ai alors cherché à louer une parcelle pour cultiver mon potager, mais je n’ai rien trouvé… De là nait l’idée de créer un concept de location de jardin agroécologique accessible à tous.

Mon constat : Près de la 80% de la population française vit en milieu urbain. Nous sommes de plus en plus déconnectés de notre alimentation, entourés de béton et nous sommes nombreux à rêver d’avoir un jardin comme à la campagne. Sauf qu’aujourd’hui, ce rêve de jardin est inaccessible pour la majorité d’entre nous… Prix du foncier, difficultés à maîtriser la culture biologique, image contraignante du jardin… La tendance de retour à la terre est forte, mais nous avons perdu les savoir-faire culturaux de nos grands-parents…

La promesse d’Oasis Citadine : Rendre le potager accessible à tous, plus convivial et sans contrainte : c’est donner les moyens à chacun d’agir à son échelle pour lutter contre le réchauffement climatique. Car il faut savoir que près de 30% de nos émissions de gaz à effet de serre sont imputables à notre système alimentaire.

Du coup Oasis Citadine c’est quoi et comment ça marche ?

Oasis Citadine est un réseau social de jardiniers agroécologiques associé à un concept de location de jardins urbains en permaculture.

Comment ça marche :

– Si vous possédez déjà votre potager ou cultivez votre balcon : vous pouvez vous inscrire gratuitement sur le réseau social, un Facebook des jardiniers, et ainsi vous connecter avec les jardiniers de votre région. Cette plateforme intègre des outils collaboratifs pour faciliter les échanges et les partages d’expérience entre jardiniers agroécologiques. Par exemple, chaque membre peut reproduire virtuellement son potager, suivre l’évolution de ses plantes en ligne et partager l’actualité de son jardin sur son fil d’actualité.

– Si vous ne possédez pas de jardin : Devenez membre de l’Oasis Citadine la plus proche de chez vous et accédez à une parcelle potagère facile à cultiver, clés-en-main et équipée d’outils professionnels. Mais pas seulement, vous bénéficierez également de formations collectives pour apprendre à cultiver et optimiser votre jardin grâce à la permaculture. Cet accompagnement sera en partie réalisé par des producteurs locaux, ce qui crée du lien social, revalorise le métier et génère un complément de revenu pour les agriculteurs ! D’autres services complémentaires innovants sont associés à la location d’une parcelle : entretien à la demande, arrosage automatique, accès sécurisé…

Aujourd’hui on trouve à peu près toutes les infos théoriques à propos de l’agroécologie et de la permaculture sur Youtube et Facebook. Quel plus apporte Oasis Citadine ?

Nous souhaitons apporter une information de qualité et personnalisée à nos utilisateurs, apporter la bonne information au bon moment. Car on trouve de tout sur internet, de très bonnes idées comme de très grosses bêtises. La plateforme Oasis Citadine permettra de connecter les jardiniers d’une même région, ils pourront ainsi voir quelles sont les techniques qui fonctionnent ou encore quelles sont les variétés potagères les plus adaptées aux caractéristiques de leur jardin. La permaculture est une science qui se partage, on est en train de créer l’outil qui va permettre la diffusion des savoirs individuels !

Tu nous présentes l’équipe et ses super-pouvoirs ?

Je suis pour le moment seul à plein temps sur le projet. Je n’ai malheureusement pas de super-pouvoir, mais j’ai des convictions écologiques fortes. Je pense que c’est ça qui me donne la force de poursuivre ce projet, car ce n’est pas facile tous les jours ^^ ! Heureusement, mes parents m’accompagnent dans cette aventure entrepreneuriale. Notamment mon père, Jean-François Girault, un ancien ingénieur informaticien amoureux du potager depuis 30 ans. Je travaille également avec un développeur, Fred Mandrea, pour lancer la première version de la plateforme Oasis Citadine. Enfin, je suis accompagné par l’incubateur d’innovation sociale Alter Incub. J’en profite pour lancer un appel à tous ceux qui souhaiteraient intégrer l’équipe, je recherche actuellement un associé expert en permaculture/agroécologie !

Quel a été le parcours d’Oasis Citadine jusqu’à présent ?

Je travaille sur le projet Oasis Citadine depuis près d’un an maintenant. Le projet a vraiment pris forme lorsque mon équipe a remporté le prix de la créativité lors du Hackathon Grand Sud en Partage de Narbonne. Ensuite, il y a eu toute la phase de rédaction du business plan, d’étude de marché et de recherche de partenaire. En décembre, Oasis Citadine a été sélectionnée pour porter les couleurs de Montpellier lors de la finale de la coupe de France de l’entrepreneuriat social étudiant. Le projet a séduit au-delà du jury et a été relayé dans les médias locaux, notamment à la une du Midi libre ! J’en revenais pas…

Aujourd’hui, Oasis Citadine est en phase de lancement. On doit finaliser le développement de la plateforme et installer prochainement une Oasis Citadine pilote. Mais pour réaliser cela, il nous manque 5 000€. Alors on a décidé de faire une collecte de crowdfunding pour permettre à chacun de contribuer à la réalisation de ce projet aux vertus sociales et écologiques.

Vous venez donc de lancer une campagne de crowdfunding qui fonctionne plutôt bien. Tu nous en dis un peu plus ? Comment on peut t’aider ?

Oui c’est vrai, le lancement de la campagne a été un vrai succès avec plus de 40% de l’objectif atteint en 5 jours : je ne m’attendais pas à ça ! Maintenant il reste encore du chemin à parcourir. On a 30 jours pour parler du projet et on espère pouvoir atteindre notre objectif le plus rapidement possible. J’invite tous les lecteurs à découvrir plus en détail le concept Oasis Citadine et à nous soutenir via ce lien vers notre campagne de financement participatif. Et si le projet vous plait, vous pouvez le soutenir à partir de 1€ seulement ! On a plus que besoin de votre aide pour atteindre les 100%. Pour vous remercier, on vous a préparé des contreparties vraiment chouettes : Atelier DIY [Do It Yourself ndlr] autour de l’agriculture urbaine, cours de tracteur, formation à la permaculture, un super kit du jardinier numérique… Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets ! Si on atteint les sommets et les 200%, on va pouvoir vous proposer des innovations complètement folles ^^. Alors encore un GRAND MERCI pour votre soutien !

L’installation agricole se mange le problème de l’accès au foncier… comment prévoyez-vous de challenger cet obstacle en ville ?

L’accès au foncier est un facteur clé de réussite de notre projet. Nous nous focalisons sur les terrains à faible pression foncière : friches urbaines, terrains non constructibles ou encore les terrains agricoles qui sont trop petits pour les agriculteurs et trop grands pour les particuliers. Pour s’intégrer en cœur de ville, il faudra être innovant. On peut par exemple imaginer l’installation d’Oasis Citadine sur les toits de Montpellier !

La transformation de la ville par les légumes c’est ton sujet. Tu nous plonges dans ta vision à 30 ans ? Raconte-nous : Montpellier c’est comment ?

Dans 30 ans, Montpellier sera aux portes de la mer. Cette extension urbaine vers Palavas-les-Flots est une réussite. C’est tout un écosystème agricole écologiquement et socialement performant qui a été mis en place ! On compte près d’une trentaine d’Oasis Citadine sur la métropole. Elles servent de point de rencontre entre la ville et la campagne. En partenariat avec la métropole et Oasis Citadine, près d’une cinquantaine de micros-fermes urbaines agroécologiques approvisionnent Montpellier ! Le métier d’agriculteur est de nouveau plébiscité, il a été revalorisé en partie grâce au rôle d’expert que jouent les producteurs dans les Oasis Citadines. On peut le dire, Montpellier est devenu la capitale du développement durable et se place au premier rang national en termes de cadre de vie !

Le projet que tu nous conseilles d’aller rencontrer ?

Je suis un grand admirateur du projet de la ferme des milles vaches… Non je rigole ! A proximité de Montpellier, je vous conseille d’aller visiter la ferme Lutin Jardin, une exploitation biologique qui expérimente depuis un certain temps les pratiques agroécologiques et prouvent qu’elles fonctionnent, même sur un modèle marchand ! Il y a également les Jardins de Vesse à Lansargues, une exploitation en agroécologie spécialisée sur le BRF ! Je travaille actuellement avec le producteur pour organiser des visites et des formations, si vous êtes intéressé, on vous tiendra informé de l’ouverture des inscriptions sur notre page Facebook.

Propos recueillis par Boris

Pas de commentaires

Poster un commentaire