Un pépin à Sivens (Tarn)

A l’aube où les légumes sont en danger, voués à disparaître pour laisser place à des « robots légumes transgéniques», il est temps d’agir!

 

Deux amis légumes explorateurs d’ETIKA MONDO s’interrogent :

 

« – Hey, mec ! Qu’est-ce qu’il se passe chez nos frères légumes du Tarn ??? Parait qu’ils vont encore faire couler le béton dans les forêts!

 

– Ouai, pour un barrage ! Tu sais y’a un problème d’eau. Le Tescou s’assèche et les « légumes robots » ont besoin d’eau, beaucoup d’eau ! Parait même que c’est nécessaire pour nourrir la population, ces ultra légumes seraient la solution.

 

– Ah… Mais nous, nous ne suffisons pas ? tsss c’est quoi cette histoire ? Tu sais quoi ? On va voir par nous-mêmes ! »

 

carosse

 

C’est alors que nos deux amis légumes prennent la route vers le Tarn. Dans l’objectif d’aller à la source de l’information et pouvoir comprendre les enjeux de ce projet. Se donner ainsi les moyens de comprendre le combat des anti-barrage et de ceux qui recommandent ce chantier.

 

A l’approche de la « Zone à Défendre » nos deux amis arrêtent leur camion légume pour regarder la carte et réfléchir afin d’aller à la rencontre d’un des groupes de protagonistes de l’histoire.

 

A ce moment-là, une horde de robots légumes armés de haches s’approchent d’un pas étrangement terrifiant. Voyant ces deux légumes « chevelus », non transgéniques, la peur de la différence, la peur des idées naissantes, pousse les robots légumes à les considérer comme des ennemis. Des nuisibles à leur évolution mais aussi leur survie. Une quinzaine d’enragés en tout cas bien déterminés à les punir d’avoir des idées différentes…

 

Nos deux légumes font face à une extrême violence à leur égard, criant pourtant qu’ils sont ici pour discuter et comprendre. Victimes de violences verbales et physiques, dépouillés de leurs vivres et de leurs idées, ils sont abandonnés avec leur carrosse saboté, sur le bord de la route près de la ZAD. Ils comprennent vite que c’est ici le chemin de la terreur et de l’angoisse aux derniers mots de cette bande très organisée :

 

« Vous allez nous laisser là ? Que va-t-il nous arriver ? demanda la Carotte apeurée et abîmée par un coup dans sa pulpe.

 

– Vous aller voir ce que l’on vit ici, vous aller voir la terreur, le froid. Ce soir une chasse au Zadistes légumes s’organise ! Et pour vous, on laisse votre destin dans les mains des prochains qui passeront ! » -MOUAHAHAHA- .

 

destruc

 

 

C’est alors qu’entre en scène les deuxièmes protagonistes : les « légumes de l’ordre ». Voyant l’urgence de la situation et l’insécurité de nos deux citoyens de la terre, ces deux légumes de l’ordre entreprennent une escorte s’annonçant difficile hors de la zone « traquée ». Sortis du guet-apens, nos deux amis épouvantés sont dans l’incompréhension. Ils doivent se rendre à l’évidence, le message est clair, ils n’ont pas à être sur ce territoire. Abasourdis, choqués par tant de violence, il leur semblait pourtant être légitime et dans leur droit de parcourir cette portion de route départementale…

 

Après s’être détendus du bulbe et toujours déterminés, ils se mettent en route à la rencontre des derniers protagonistes : lesdits zadistes, les «pelluts» légumes, qui sont opposés à la construction du barrage. Nos amis légumes trouvèrent un vrai réconfort et une grande générosité de la part de ces légumes chevelus.

 

A la suite de quoi, nos deux compères suivirent la marche pacifiste organisée en soutien aux légumes occupant la ZAD et pour dénoncer la violence des milices pro-barrage. Dans ce climat d’angoisse et de guerre de passion, on en oublierait presque le fond du combat, la revendication de la construction du barrage au détriment de Mère Nature.

 

Unis pour une cause commune, cette marche dura la journée du jeudi 5 mars 2015 et permit à nos petits explorateurs d’entendre les arguments, idées, convictions de cette bande de chevelus assumés. Il y flotte un agréable son de belles différences, tous les légumes sont acceptés, quelque soit leur saison, leur verger, leur génération.  Il y a des tensions c’est indéniable, les rutabagas foncent au combat, les topinambours tapent du tambour mais les marrons prônent la raison au sein du groupe. Le partage d’idées fait leur force et malgré les imprévus et les difficultés d’organisation, le collectif des légumes chevelus agit pour la nature en cultivant le pacifisme.

 

Cette marche se termina sans violence avec le comité d’accueil régulier et familier des « légumes de l’ordre » avec leurs collègues armés jusqu’à la tige. Arrivés a Gaillac, tous les légumes se réunirent pour débattre de l’avenir de la lutte anti-barrage et pour le sort de leurs « potes » occupant la ZAD.

 

ActeursChiffres

 

Le collectif du Testet conclut : « Il faut que ce climat cesse, il faut sortir nos potes de la zone qui sont en danger de mort à cause des milices de légumes robots. Mais restés unis et visibles car il faut garder en tête que l’avenir du projet est encore incertain ».

 

Tandis que nos deux légumes essaient de comprendre :

 

« – Regardes ce qu’il se passe mec ! t’en penses quoi d’ça ? Y’a un hic  là ! Ils sont où les principaux acteurs de cette mascarade ? Tu sais toi qui est derrière tout ça ?

 

– C’est évident ça pue l’argent ! Les géants de l’agro’,  les coopératives agricoles, la CACG, tout est gangrené! Et l’intérêt général là dedans ? Et l’utilité publique ? Tout le bénef’ pour encore une poignée de légumes transgéniques !

 

– Ouai mais t’as vu les pro-barrages se battent pour l’argent, le remboursement de leur endettement ! On leur fait miroiter un avenir doré en les incitant à polluer les terres et nous empoisonner !

 

– Ouai, j’en ai vraiment gros sur le pépin. C’est révoltant, affligeant, dur de se trouver une place dans le potager ».

 

Si toi aussi tu es un légume, fais attention à l’eau que tu bois, car elle pourrait être empoisonnée par le fric et les politiques transgéniques.

 

Dates

 

Signé : deux légumes explorateurs de l’éthique, ayant échappé à la « transgénisation »

 

Typhaine et Kévin

 

Enquête sur la Zad du Testet

 

Une exploratrice et un explorateur de l’éthique agressés par des anti-zadistes

Pas de commentaires

Poster un commentaire