Bienvenue chez Etika Mondo ! Vous avez une question ? Contactez-nous ici (de préférence) ou par tél au 04 67 17 45 33
(souvent en extérieur, laissez-nous un message en indiquant svp vos prénom, nom, raison de votre appel et numéro de tél, merci :-) )

Aux Amigos du Népal : Une initiative solidaire avec les sinistrés du séisme

Bien le bonjour les amis de l’éthique !

 

Après ce périple indien de deux mois et des brouettes, j’ai mis les voiles direction le Népal. [Je fais au passage un gros bisou à ma Typhaine, qui est rentrée en France].

 

Les premières sensations sont agréables. Le rythme est plus calme qu’en Inde, les routes et les trottoirs moins bondés. Et au plus on s’enfonce dans le ventre du Népal, au plus cette nature nous enlace, au plus les pics s’élèvent hauts. Le massif est incroyable et la végétation dense ! Quel plaisir, je respire 🙂 !

 

J’appréhendais un peu le Népal « d’après séisme ». Les informations diffusées par les médias sont plutôt troubles à ce sujet. On est conscient que quelque chose de grave s’est passé, mais il est difficile de quantifier les dégâts, ou d’en connaitre les conséquences sanitaires. Mais une chose est sure, si je suis là, c’est pour venir en aide à nos amis népalais.

 

22 juin 2015 – quasi deux mois se sont écoulés depuis le séisme dévastateur. Ma première étape au Népal est Pokhara. Un des sites appréciés des touristes, non loin de l’imposant massif de l’Annapurna. Ici, l’architecture est solide, les constructions sont cimentées et bien ferraillées. Rien ne laisse paraitre qu’un séisme a frappé à quelques centaines de kilomètres d’ici. Je me mets alors en quête d’informations, et très vite, les rencontres vont s’avérer fructueuses.

 

Après quelques jours d’exploration, j’ai une vision plus globale de ce qu’il se passe ici. Géographiquement, les épicentres des trois secousses principales qui ont frappées le Népal, sont concentrés sur un petit périmètre. Les zones fortement sinistrées par le séisme sont localisées sur une quinzaine de districts au nord de Katmandu. D’autre part, je découvre l’organisation humanitaire. A Pokhara, ce sont principalement des initiatives locales de petites échelles qui sont menées. Des évènements caritatifs sont organisés pour collecter des fonds et ainsi permettre des actions, missions d’approvisionnement de matériels/nourriture/eau aux villages reculés et difficiles d’accès. D’excellentes idées, beaucoup de relationnel de proximité, ces actions d’entraides ont un très fort caractère humain….

P1-mosaique-2 P1-mosaique-3

Clique ici pour le point info sur le séisme le plus destructeur au Népal depuis 1934 !!

 

Après ces belles rencontres et deux missions d’approvisionnement de matériel à Darka, supportées par People Helping People auxquelles j’ai participé, je me mets en quête de projets de fonds. J’aimerai être à l’initiative de projets d’avantage portés sur le développement, aider les népalais sinistrés à un retour à la vie « normale ». On ne se rend pas bien compte derrière son ordinateur au chaud, à quoi peut ressembler le quotidien de villageois dont 90% des habitations ont été balayées en quelques minutes. Une vie mise à mal. Tout à reconstruire. Matériellement mais aussi psychologiquement. Avec des secousses quotidiennes, il est difficile de penser au lendemain sereinement. C’est la première fois que je me retrouve directement confronté à une catastrophe naturelle majeure. J’aimerai citer la description d’une journaliste de l’AFP, Agnès Bun, que je n’ai pas rencontré, mais avec qui je partage complètement le ressenti : « […] Ce qui m’impressionne chez les népalais, c’est leur pudeur. Ils ne se forcent pas à sourire, mais quand le drame les atteint ils se prennent le visage entre les mains, regardent leur terre, essayent à tout prix de cacher leur chagrin… ». Et quand on relève la tête, on partage cette triste réalité : des centaines de tentes de survie dissimulées ici et là, aux abords de monts de gravas et d’anciennes zones d’habitation. La saison des pluies s’installant peu à peu, rend difficile les accès aux villages, le déroulement des travaux, provoquant des glissements de terrains…c’est sensations agissent comme un électrochoc en moi.

 

C’est ainsi, au détour de ces rencontres, de ces premières missions de solidarité, de ces sourires vrais sur le visage des népalais sinistrés, que j’ai mis le pied à l’étrier (pour de vrai !).

 

Sans être exhaustif, et pour ne citer qu’eux, voilà les structures avec lesquelles les échanges ont été constructifs :

 

People Helping People
Smile for Smiling
PHASE WorldWide et leur page Facebook
Social Awareness Developement Center Nepal
Oxfam
Hands to Help ou encore sur ce lien

P1-mosaique-5 P1-mosaique-6 P1-mosaique-7

 

Ces différents échanges m’ont amenés à oeuvrer sur deux projets :

 

Pour le projet n°1, il s’agit d’approvisionner un village en eau potable. L’ancien système ayant été détruit par le séisme du 25 avril, la population parcourt quotidiennement 45 minutes allé, 45 minutes retour pour puiser l’eau à la source la plus proche. Ce sont les femmes et les enfants qui se relaient pour apporter ces jerricanes de 25 litres sur ces terrains pentus et cabossés.

Pour le projet n°2, il s’agit de la reconstruction d’une école primaire permanente (une structure en tôle et en bambou étant été réalisée par la fondation Oxfam). Cette école accueille près de 250 enfants, de 5 à 13 ans.

 

Ces deux projets m’ont amené à créer une association : AUX AMIGOS DU NEPAL dont voici la page facebook.

Ces choix de projets ont été simplement les fruits de belles rencontres et de la s’en sont découlés l’entraide, la solidarité et la coopération. Alors voilà ! On s’écarte un peu des thèmes de l’éco-construction et de la permaculture initialement ciblés au départ de cet Etika Tour, mais on est quand même à fond dans l’initiative éthique me semble-t-il !

Le partage, la découverte, l’échange, l’ouverture d’esprit, le travail sur soi, l’amour, le bonheur… il me faudrait plus que des mots pour décrire cette expérience proposée par ETIKA MONDO !

 

Il est grand temps de tirer mon chapeau à l’équipe d’Etika Mondo et de remercier l’ensemble des personnes rencontrées sur ce périple, au détour de workshop, au travers de belles initiatives, le fruit de beaux hasards… hasards vous dites ?…. rien n’est moins sûr !

On se dit en revoir, mais ce n’est que ponctuel ! Typhaine est en exploration en Nouvelle Calédonie, et pour ma part, je vais faire de mon mieux pour mener à bien ces deux projets humanitaires (mais surtout éthiques) au Népal. Et puis, qui sait, peut-être bien que je deviendrai d’avantage impliqué dans les prochains modules d’Etika Mondo… Faudrait que j’en parle à Boris !

 

Allez à bientôt, portez-vous bien ! Tcho

 

Kevin

Pas de commentaires

Poster un commentaire